Events

Vernissage Jean-François Rauzier

Babylones

08 october 2020

C'était la première fois que la galerie exposait les photographies extraordinaires de Jean-François Rauzier. Une assistance nourrie composée de grands amateurs du travail de Jean-François Rauzier et de ceux qui le découvraient a fait bon accueil à l'artiste qui n'avait pas exposé à Paris depuis bien longtemps. Tous ont admiré la nouvelle série des Babel, très impressionnante, relecture contemporaine des chefs-d'œuvre de l'histoire de la peinture

Les Rencontres sur l'évasion

François Besse

07 october 2020

François Besse était le premier invité des Rencontres 2020-2021 de la Galerie Guillaume, sur le thème de "l'évasion". Surnommé justement "le roi de l'évasion" en raison de ses sept évasions dont l'une spectaculaire en 1978 de la prison de la Santé avec Jacques Mesrine, François Besse raconte que c'est une injustice, la condamnation en 1970 pour sept ans de réclusion criminelle pour un cambriolage qu'il n'a pas commis, qui l'a mis dans cet engrenage terrible qui lui a valu de passer vingt-trois années en prison jusqu'à avoir été condamné à mort. On devine aussi que cette "vie d'aventure" n'est pas sans lien avec une enfance très pauvre d'où il n'y avait pas de possibilité de s'extraire, lui qui était vif, curieux, épris de liberté. François Besse raconte que c'est le sport mais surtout la littérature et la philosophie qui l'ont totalement reconstruit. Depuis sa sortie de prison en 2006, François Besse travaille pour Emmaüs. Il raconte sa vie hors du commun dans un beau livre, Cavales (Plon, 2019).

Shirley Goldfarb au musée Soulages

Lecture des Carnets par Caroline Loeb

01 october 2020

L'actrice Caroline Loeb lira ce soir au musée Soulages de Rodez les Carnets de Shirley Goldfarb (1925-1980). Dans ces célèbres carnets, l'artiste arrivée des Etats-Unis après la guerre avec son mari Grégory Masurovsky, raconte dans un ton vif et truculent le Montparnasse et le Saint Germain des Prés des années 50-70. Cette lecture se tiendra dans le cadre de la très belle exposition "Femme années 50 - au fil de l'abstraction, peinture et sculpture" qui se tient actuellement au Musée Soulages. La galerie a eu le plaisir de consacrer plusieurs expositions à Shirley Goldfarb. 





Cliquez sur une image pour l'agrandir

Exposition Yves Lévêque hors les murs

19 september 2020

C'est dans une grange privée du XVIIIème siècle en Eure-et-Loir qu'a eu lieu une nouvelle exposition d'Yves Lévêque organisée par la galerie. Une foule nombreuse a fait un accueil chaleureux aux grands formats récents du peintre. Ils flottaient en l'air, ayant pour cimaises les poutres de la charpente entièrement d'époque... En contrebas étaient présentées les œuvres de l'atelier botanique de Béatrice Saalburg créées dans le cadre des extraordinaires jardins de Maisons-Maugis dans le Perche. Exposition en partenariat avec IDealwine qui a réjoui les papilles des invités...

Vernissage Thierry des Ouches

Silences

16 september 2020

La vie reprend ! Beaucoup de monde au vernissage de la nouvelle exposition de photographies de Thierry des Ouches à la galerie, à l'occasion de la Nocturne Rive Droite au cours de laquelle nombre de galeries du quartier Saint-Honoré-Matignon ont ouvert tardivement leurs portes. Pendant cette soirée, Thierry des Ouches a signé son nouveau livre de photographies, "Silences" (Editions Hartpon). Exposition jusqu’au 3 octobre 2020. Du mardi au samedi 14h-19h. Avec le soutien de Champagne Taittinger.
 

Les Rencontres sur la fraternité

Haïm Korsia

15 september 2020

Nous avons été très honorés de recevoir à la galerie le Grand Rabbin de France Haïm Korsia (nous avions reprogrammé la rencontre sur "la fraternité" qui n’avait pu avoir lieu en mars en raison du confinement). Né à Lyon en 1963, issu d’une famille séfarade originaire d’Algérie, Haïm Korsia a été élu Grand Rabbin de France en 2014. Auparavant, il a été aumônier de l’armée de l’Air et aumônier général israélite des armées et de l’Ecole Polytechnique. Avec gravité (mais aussi beaucoup d’humour !), Haïm Korsia parle longuement de la fragmentation de la société française, sujet de son dernier livre, Réinventer les aurores (Fayard). Sous-titré « Plaidoyer pour la République », le mot qui y revient le plus souvent est « espérance ». Au début du livre, Haïm Korsia cite Péguy : « La chose la pire, c’est d’avoir une âme habituée ». Le Grand Rabbin de France, qui assiste chaque jour à une recrudescence des actes antisémites, ne veut pas se résigner et se veut résolument optimiste. Il appelle à se tourner vers l’avenir, à inventer, à l’action, à la prise de risque, au changement de regard, au rêve même. Très ouvert au dialogue inter religieux, Haïm Korsia indique que « la fraternité, c’est accepter qu’une partie de ma vérité meure pour accepter celle de l’autre ».